Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

All the new curated posts for the topic: NTIC et Santé

older | 1 | .... | 37 | 38 | (Page 39) | 40 | 41 | .... | 73 | newer

    0 0


    Les perspectives de la télésanté et de la télémédecine pour les personnes âgées dépendantes Eurostaf, leader en France de l'étude de marché sanitaire et medico-social pour accompagner et les entreprises dans leurs décisions stratégiques.


    0 0


    La collaboration entre les hôpitaux d'Abbeville et d'Amiens, depuis un an, est jugée convaincante par le chef des urgences abbevilloises.


    0 0

    Les 20 et 21 novembre se déroulera à Lyon la 9ème édition du Serious Game Expo. A cette occasion seront réunis les professionnels des serious games : développeurs de Learning games, de Serious games et d’Advergames qui proposent des solutions interactives pour former, communiquer et vendre.

    Les Serious Games, ou jeux sérieux, sont des applications développées à partir des technologies avancées du jeu vidéo qui ne sont pas simplement destinées au divertissement. Ces jeux vidéo proposent en effet des contenus pédagogiques, informatifs, idéologiques ou communicationnels. Ils servent également d’outil marketing.

     

    Au programme du Serious Game Expo 2013

    Des conférences se tiendront durant les deux journées du salon. Celles qui concernent le domaine de la santé auront lieu jeudi 21 novembre :

    « Jouer et simuler pour former en milieu médical », de 13h45 à 14h30;« La salle d’opération du futur », de 14h45 à 15h15;« Des usages du serious games en éducation thérapeutique », de 16h00 à 16h45;« Serious Games et Maladie d’Alzheimer », de 17h15 à 18h00.

    Des ateliers de partage d’expériences permettront également d’échanger et de poser des questions sur les outils que sont les serious games.
    Des trophées seront également remis dans trois catégories : Santé, RH-Formation et Communication-Marketing. Pour la catégorie Santé, les nominé 2013 sont :

    INESC-ID et le département des urgences de Centro Hospitalar de Lisboa Ocidental pour le jeu « Serious Game: Critical Transport »Adverbia et Réseau Morphée pour le jeu « Inspiratio : Les pouvoirs du masque magique »Serious Factory pour le jeu « SCA Life »Ubisoft Entertainment et AstraZeneca pour le jeu « Bipolife »

    Informations pratiques

    Date : 20 et 21 novembre 2013

    Lieu : la Cité Internationale – Centre des Congrès de Lyon

    Vous pouvez vous inscrire à l’exposition sur le site Serious Game Expo.




    0 0


    There are thousands of downloadable apps that people can use that touch on health. But among the 40,000+ mobile health apps available in iTunes, which most effectively drive health and efficient care?

    To answer that question, the IMS Institute for Healthcare Informatics analyzed 43,689 health, fitness and medical apps in the Apple iTunes store as of June 2013. These split into what IMS categorized as 23,682 “genuine” health care apps, and 20,007 falling into miscellaneous categories such as product-specific apps, fashion and beauty, fertility, veterinary, and apps with “gimmicks” (IMS’s word) with no obvious health benefit.

    Among the 23,682 so-called genuine health apps, about 2/3 focus on consumer use and 1/3 on health care providers.

    The bottom-line: there’s no base of evidence that mobile health apps deliver clinical value in health outcomes or support and sustain health behavior change.

    IMS found that, in health:

    Few apps focus on managing chronic disease for the highest health-spenders, who tend to be older5 apps account for 15% of downloadsMost apps have been downloaded fewer than 500 timesThere’s currently little guidance from physicians on health apps, largely becauseEvidence is scant supporting which tools yield clinical benefit.

    Health apps provide several functions: they inform via text, photo and video; they instruct; they record, capturing user’s data; they display data; they guide or diagnose; they remind and alert the user (say, to take a medication or test blood); and, they communicate to social networks or health providers. Providing information is the most common function across the health apps: while two-thirds can display information, one-half provide instructions, and only one-fifth track or capture user’s data.

    App categories include:

    Healthy living, promoting modifiable health risk factors such as healthy weight, smoking cessation, and exercise. The most popular apps in this category are the Calorie Counter and Diet Tracker from MyFitnessPal, the Calorie Counter PRO by MyNetDiary, the Chest Trainer from Fitness Buddy, Cycle Tracker Pro, Quit It 3.0 to stop smoking, and Quit Smoking Now HD hypnotherapy with Max Kirsten.Self-diagnosis, which the FDA intends to regulate per its September 25, 2013, guidance. The top apps in this category were HealthTap, iTriage, and WebMD.Filling prescriptions, via pharmacy apps. Top apps were GoodRx, MyRefill Rx, and Walgreens.Medication compliance, helping patients stick to prescribed dosing regimens. Top apps were Dosecast, Pill Monitor, and RemindMe Prescription.

    By therapy area, IMS found mental health and behavioral disorders, eyes and hearing, endocrine and nutrition, heart/circulatory, musculoskeletal, and cancer to be the most prevalent areas apps cover. Within mental and behavioral health, autism, anxiety, depression, and ADHD were covered by a total of 558 apps.

    Health apps specifically for seniors are addressed by only 27 apps.

    IMS identifies four steps for moving forward:

    Recognition by payers and providers of the role that apps can play in health careSecurity and privacy guidance“Systematic” curation and evaluation of apps that provide doctors and patients with summaries that aid decision making for use and “prescription”Integration of apps with patient care workflows.

    There are roughly 100 “advanced” apps, IMS says, that are FDA-approved but not targeted to consumer use (such as the BlueStar app from WellDoc, which requires a prescription from a health provider).

    IMS developed a scoring methodology of 100 points maximum, based on 25 criteria such as the type and quantity of information provided by the app, how the app tracks or captures user data, and the quantity of device capabilities in the app. Condition-management apps that provide some continuity of care and support were more heavily valued than simple communications or reference apps. The mode score was between 21-25 points in 100, achieved by over 2,500 apps.

    Health Populi’s Hot Points:  ”There is a big desert that you enter once you leave the hospital or the doctor’s office,” Dr. Jonathan Birnberg of North Shore University Health System told the IMS researchers. “So that is where I really see a lot of opportunity and personal excitement around using an app as a tool to help fill that space.”

    eClinicalWorks earlier this year found that nearly 9 in 10 doctors would be keen to prescribe a mobile health app, supporting Dr. Birnberg’s observation. So the demand side of the equation, in terms of doctors’ support, is heating up for mobile health apps.

    The end-user demand factor is the patient, person and caregiver, millions of whom do initial downloads of health apps in both “genuine” categories as defined by IMS and the looser apps that do everything from help one imagine themselves in a thinner body to predicting fertility for the best baby-making moments.

    In the interstices are regulators and payers, who in concert with the app developers, are only beginning to establish a dance that’s got, for the first time, some context for a score: that is the FDA regulatory guidance issued in September, which focuses on diagnosis as the area on which the regulator will focus.

    So with the regulatory regime getting clearer, it’s reimbursement – who pays for the app – which remains a question. Payment, and professional recommendation/prescription get, traction when evidence builds. For the most popular apps, listed above in the four categories, there is a large group of users who can crowdsource results. On the clinical side, researchers can incorporate apps into remote health monitoring and post-hospital discharge studies in patients self-managing at home. Physicians can recommend apps and track, with their patients, progress for people managing diabetes, kids with asthma tracking medication adherence, and success in quitting smoking.

    The very nature of the mobile health app requires collaborative research between patients and the health care system, working together. This is an opportunity to build shared decision making, participatory medicine and community-creation of health.




    0 0


    Le laboratoire Roche lance une plateforme web pour accompagner son programme Innov’Asso. Découverte.



    0 0


    Dans la médecine et le transport, les scientifiques travaillent sur des inventions qui changeront peut-être notre quotidien. Vision d'un avenir pas forcément si lointain.


    0 0
  • 10/31/13--11:56: Vers une Santé connectée ?

  • Les entrepreneurs web ayant préemptés les marchés des médias, des services à la personne et aux entreprises, un secteur semble avoir été oublié ces dernières années : la santé. Ce secteur, difficile à appréhender, a pourtant dans son ADN, une innovation constante, une recherche perpétuelle du progrès, pour toujours trouver de nouveaux traitements. Depuis de nombreux mois, les discussions se multiplient (#esante, #epatient), les projets et services se multiplient, et vont bientôt changer nos vies. Aperçu d’une possible santé de demain, qu’on espère toujours aussi bonne.

    Après avoir bu votre tisane dans ce café over-connecté, vous sortez dans la rue « prendre un peu l’air » comme on dit. Soudain, alors que vous marchiez tête baissé sur votre smartphone (votre vie), checkant justement votre rythme de marche avec votre podomètre, vous êtes pris d’un gros mal de tête.

    Premier réflexe, vous connectez sur un site de « télémédecine » ou des médecins peuvent directement répondre à vos questions, sans passer par une consultation, sans passer par un paiement (DocteurClic est parmi l’un des premiers du genre). Evidemment, un mal de tête peut-être expliqué par de multiples choses, et vous, de nature inquiète, vous prenez rendez-vous depuis la rue, depuis votre smartphone avec un médecin (MonDocteur.fr, inspiré du géant ZocDoc).

    NOUS DEVONS SAVOIR LA VÉRITÉ

    Vous savez qu’il y en a un disponible dans 2h, et il est à 100 mètres de chez vous, vous foncez le voir, parce qu’on n’attend pas pour la santé, la santé c’est important. Vous entrez dans ce cabinet simple, un bureau, un ordinateur, trois fauteuils. Le médecin, la cinquantaine triomphante vous demande si vous avez fait une analyse de votre génôme, par la start-up 23andme.

    Vous répondez par l’affirmative, que vous avez de grandes chances de faire du diabète plus tard, mais pas d’alertes majeures. Et là, ni une ni deux, il sort son stéthoscope connecté, son électrocardiogramme connecté, et toutes ses données filent directement dans un programme développé par la Sécurité Sociale, qui vient se consolider dans votre Dossier Médical Personnalisé, sorte de carnet de santé numérique 2.0.

    « LE DIAGNOSTIC EST FORMEL »

    Le regard du Docteur se pose alors sur vous. Vous attendez le verdict, vous lui posez l’immuable question : « c’est grave Docteur ? ».

    -        Vous savez Monsieur, dans notre métier, il y a rarement de véritables urgences, mais il y a souvent des gens pressés. Le diagnostic est formel : vous ne buvez pas assez d’eau, et ne dormez pas assez.

    -        Je ne comprends pas, j’ai pourtant intégralement rentré les API sur mon appli Withings, je devrais voir ce genre de choses.

    -        La santé Monsieur, c’est d’abord de l’humain, écoutez votre corps plutôt que la technologie.

    LA SANTÉ À L’AUBE D’UNE NOUVELLE ÈRE

    Si le numérique n’a pas apporté dans le secteur médical son lot d’innovations comme il l’a fait pour d’autres secteurs, c’est parce que c’est tout simplement un secteur où on ne peut pas tout faire. L’éthique et la déontologie y sont omniprésentes, les réglementations importantes. Et dans une société collaborative, où le partage est central, la Santé et son secret médical apparaissent aux créatifs entrepreneurs aussi séduisants qu’une roue crevée.

    Malgré tout, notre société change profondément, et la « esanté » a le vent en poupe, si bien que le gouvernement y a consacré un portail de réflexions, et des Think Tank se mettent en place. Il sera intéressant de voir comment les entrepreneurs s’accommoderont du cadre restreint pour leur créativité. Gloire à la liberté enchaînée, notion chère à ce bon vieux Nietzsche, mort d’avoir trop négligé sa santé, au profit du plaisir sexuel (clic clic).




    0 0


    Soutenir à la création d’une offre multimédia complète afin de lutter contre l’isolement et rester en lien avec ses proches

     

    Dans le cadre de sa politique d’amélioration de la qualité de vie des patients, l’Hôpital Necker s’est engagé à mettre à disposition, depuis octobre 2013, du Wifi gratuit sur l’ensemble du site hospitalier.

     

    Toutefois, tous les enfants et adolescents hospitalisés ne possèdent pas de tablettes ou d’ordinateurs personnels. C’est la raison pour laquelle l’Hôpital Necker a voulu développer ce programme de mécénat lui permettant d’acquérir des tablettes tactiles pour les prêter à ses jeunes patients durant leur hospitalisation, et répondre aux objectifs suivants :

     

    o  Améliorer le quotidien des jeunes patients hospitalisés, leur permettre de s’évader

    o  Réduire l’isolement à l’hôpital, rester en lien avec sa famille, ses amis, ses camarades de classe

    o  Continuer à suivre sa scolarité, être en lien avec l’école et ses camarades de classe

    o  Alléger les heures de traitements

    Outre un accès sécurisé à Internet,  les tablettes seront pourvues d’applications ludiques et pédagogiques. Les éducatrices et animatrices des différents services sont associées à cette démarche multimédia.

    Afin de permettre à un maximum de nos jeunes patients de bénéficier de cette technologie, notre objectif d’ici fin 2013 :60 Tablettes tactiles !

     

    Notre recherche de mécénat porte sur 30 000 €, soit 60 x 500 euros / unité.
    Vous pouvez nous soutenir en mécénant une – ou plusieurs – tablette(s), ou faire un don libre pour participer à ce programme essentiel pour la qualité de vie des enfants hospitalisés.

    Merci de votre générosité ! Faire un don



    0 0


     

    Dans une société en pleine métamorphose due aux usages du numérique, le monde de la santé doit s'adapter, ne plus voir Internet et les discussions des patients comme des menaces, mais plutôt comme une chance pour l'amélioration de la qualité des soins. Une récente étude souligne justement l'appétit des Français en la matière.  AUTEURLe docteur Stéphane Schück est un médecin épidémiologiste, spécialisé dans l'évaluation du médicament. Il a fondé et dirige la société Kappa Santé où il occupe la fonction de directeur scientifique et...LIRE LA SUITEPour paraphraser Bob Dylan, les temps changent ! Et c'est peu dire aux vues de la métamorphose de la société et de nos activités professionnelles induite par le numérique. La médecine et le monde de la santé n'échappent pas à cet ouragan binaire, qui change les pratiques et modifie durablement les relations entre soignés, aidants et soignants. La modernisation du système de santé et sa réforme, nécessaire, passera forcément par une utilisation généralisée des technologies numériques de l'information : la télémédecine comme outil de désenclavement géographique et de lutte contre les déserts médicaux, les systèmes d'information pour l'amélioration continue des soins, l'imagerie médicale numérisée, la gestion des parcours de soins, l'ouverture (future) des bases de données médicales en sont d'autant d'exemples.

    Un savoir profane, mais expert

    Aujourd'hui, Internet a rendu possible l'accès immédiat aux connaissances et le partage du savoir. 80 % des internautes ont consulté le réseau pour une recherche ayant trait à la santé. Les patients communiquent entre eux sur des forums de discussion, des communautés de patients, partagent et échangent des expériences relatives à leur santé, constituant ainsi un véritable savoir, profane, mais expert, de leurs maladies. Savoir qui n'est pas toujours pris en compte par les acteurs de santé, probablement déstabilisés par cette remise en cause d'une relation médecin - patient descendante et cette nouvelle donne numérique.

    Améliorer la surveillance du médicament

    Concernant les effets indésirables des médicaments, des volumes d'information gigantesques sont rapportés chaque jour par les internautes dans les forums et les réseaux sociaux. Cette information n'est aujourd'hui pas analysée dans les circuits de surveillance du médicament, alors qu'elle constitue une valeur et peut venir compléter la chaîne de surveillance du médicament. L'actualité du médicament, récente ou non, les 18 000 morts annuels en France liés aux effets indésirables des médicaments montrent la nécessité de compléter et d'améliorer en permanence ce système de surveillance.

    C'est pour faire suite à ce constat que nous travaillons sur le tri et l'analyse des messages des internautes, dès lors qu'un effet indésirable relié à un médicament est potentiellement évoqué. Les technologies utilisées reposent sur le "web mining" (fouille du web), le "text mining", l'analyse statistique des données textuelles et le traitement statistique de la détection de signal. Elles visent l'enrichissement des connaissances sur les effets indésirables en traitant cette source de données, non exploitée aujourd'hui. Si la tâche est d'une complexité redoutable, le principe de base, lui, reste simple : écouter le patient...

    Tribune initialement publiée le lundi 8 juillet 2013



    0 0


    Kinsa, est un thermomètre qui transmet ses données à une application mobile qui cartographie les maladies près de chez vous et suit votre historique santé.



    0 0


    Avec un modèle que l’on pourrait qualifier trivialement de B to B to C, des applications permettent au personnel soignant de présenter des contenus éducatifs spécifiques aux patients.



    0 0

    Baromètre du Cessim : basculement vers le digital


     Pour la première fois en 2013, l'internet devient la première source d’information médicale pour 56 % des généralistes. Au total, 80 % d'entre eux s’intéressent de plus en plus aux nouveaux médias, particulièrement au e-learning, aux e-événements et aux web TV.

    C’est le 20 septembre dernier que le Cessim (Centre d’étude des supports d’information médicale), dont l’UDA est membre fondateur, présentait sonBaromètre numérique 2013 sur l’utilisation professionnelle de l'internet par les professionnels de santé. Dans un contexte marché 2013 chaotique, connaissant des bouleversements économiques et technologiques, il fait état d’un nouveau paradigme des systèmes d’information. Le désarmement commercial de l’industrie pharmaceutique et l’augmentation des contraintes du marché (pénétration croissante des génériques, chute des prix, déremboursement, diminution de la démographie en médecine générale, mises sur le marché plus rares, renforcement des règles de transparence) entraînent de fait une réduction significative des dépenses en matière de promotion, avec une visite médicale (VM) en chute libre et une baisse sensible des investissements presse.
    Face à l’explosion des moyens de connexion nomades (smartphone et tablettes), à laquelle s’associe la transposition des médias traditionnels sur le web (les communautés de pairs, le e-learning, la presse online) et une diversification de l’offre d’information en faveur du digital, on assiste cette année à l’avènement des médecins 2.0, avec une hausse des usages pratiques du web (une uniformisation des attitudes) et un délaissement certain des médias traditionnels. On notera, pour les médecins généralistes (MG), une augmentation de la navigation en termes de temps et de fréquence. Les ultra-connectés à l'internet représentent désormais 16 % de cette population, auxquels s’ajoutent 23 % de néophytes, deux types à fort potentiel puisque parallèlement très pénétrés par la VM. Avec les 41 % d’équilibrés, un total de 80 % de médecins s’intéressent de plus en plus aux nouveaux médias, particulièrement au e-learning, aux e-événements et aux web TV. Pour la première fois en 2013, l'internet devient la première source d’information médicale pour 56 % des MG, devant la presse spécialisée pour 52 %.
    Si les sites dédiés à une pathologie, les sites institutionnels ou les bases de médicaments sont le tiercé de tête des sources d’information, il est à noter que les web TV, les sites de laboratoires et les sites de santé grand public sont en forte progression. Les spécialistes quant à eux s’ouvrent doucement aux médias innovants, mais avec un intérêt grandissant. Ils continuent cependant de préférer, pour s’informer, la presse spécialisée (70 %) et les échanges entre confrères (56 %), à quasi-égalité avec l'internet (55 %).




    0 0


    Lancé en 2007, le dossier pharmaceutique électronique a déjà conquis près de 29 millions de Français. Ce DP pourrait servir de support à un grand nombre de services de santé, du rappel de vaccin aux alertes sanitaires.



    0 0

    Des chercheurs de Berlin nous annoncent aujourd'hui que jouer de manière régulière à des jeux vidéo peut augmenter la puissance de certaines sections du cerveau, et peut être en mesure d'aider à contrer les maladies mentales comme la schizophrénie, la maladie de Parkinson et d'Alzheimer.

    Comme indiqué dans Molecular Psychiatry et Max Planck Society, les chercheurs ont utilisé l'IRM pour déterminer la différence entre un groupe qui a joué à Super Mario 64, pendant 30 minutes par jour pendant deux mois, et un groupe qui ne jouait pas au cours de cette période.

    L'étude a constaté que les joueurs présentaient une augmentation significative de la matière grise dans la formation hippocampique droite, cortex préfrontal dorsolatéral droit et le cervelet bilatérale. Ces zones du cerveau sont associés à des compétences en navigation spatiale, la formation de la mémoire, la planification stratégique et de la motricité des mains.

    De plus, les joueurs qui ont souhaité jouer plus que trente minutes ont montré les changements les plus prononcés. Voilà une nouvelle rassurante qui pourra vous servir d'excuse à la fin du mois quand la PS4 ou la Xbox One arriveront dans votre salon.




    0 0


    Le colloque international « La communication au cœur de la e-santé. Opportunités et enjeux pour les patients, les professionnels de la santé et les organisations » qui s’est tenu les 3 et 4 octobre 2013 à l’UQÀM, semble avoir répondu aux attentes des 133 participants. Abordant des questions aussi variées que l’informatisation des données médicales, les transformations dans l’interaction et la collaboration avec le patient, l’accès à l’information sur Internet pour les patients et les soignants, la place des professionnels de la santé dans les médias et sur Internet ou l’évaluation de la qualité des soins, le colloque a soulevé plusieurs enjeux. J’en ai sélectionné trois qui m’ont particulièrement marquée. N’hésitez pas à compléter, réagir, préciser.Informatisation du dossier santé : mais où est le patient?

    Tous les acteurs s’accordent sur l’importance d’impliquer le patient dans le processus de soins. Pourtant dans les efforts pour informatiser et favoriser la circulation des données médicales et de santé entre les acteurs, le patient reste le grand absent : il n’a pas la possibilité d’accéder aux informations qui le concernent ou de participer à leur collecte. De même, alors qu’Internet pourrait théoriquement faciliter l’accès des patients à différentes informations sur les services de soins (Ex : temps d’attente aux urgences, évaluation de la qualité des services, etc.) et que la popularité des réseaux sociaux et des périphériques mobiles au sein de la population québécoise est telle qu’une participation des individus à la production de ces informations serait possible, ces avenues ne sont guère explorées. Le rôle du patient reste ainsi limité. Dans le projet du Dossier Santé du Québec (DSQ), il consent par défaut à permettre l’accès des professionnels de la santé aux informations concernant ses résultats de laboratoire et d’imagerie médicale et les médicaments qui lui ont été servis dans les pharmacies.

     

    L’informatisation en cours au Québec vise ainsi surtout à favoriser le suivi médical et la collaboration entre les professionnels de la santé. C’est un premier pas nécessaire même si les défis restent nombreux au niveau des cliniques d’abord, puis de la circulation des données entre les acteurs et les institutions de soins (multiplicité des sociétés qui offrent des solutions informatiques, enjeux d’interopérabilité, difficultés pour les petites cliniques à s’engager dans le processus d’informatisation, problématiques d’appropriation des dossiers médicaux électroniques (DME) par les soignants qu’il faut convaincre des réels gains à délaisser l’efficace formule « papier-crayon », lacunes dans l’accompagnement du changement dans les organisations, enjeux de l’accès et de la sécurité des données, etc.). C’est aussi un premier pas qui ouvre beaucoup d’options. Le Dr. Alain Turcotte montrait que le dossier médical informatisé peut être « intelligent » et offrir un cadre permettant au clinicien de structurer sa consultation et son suivi des maladies chroniques sur la base des bonnes pratiques cliniques. Cela pourrait le dégager de certaines tâches routinières (ex. : rappel pour la prescription de tests) et laisser plus de place à la communication avec le patient. Le dossier médical intelligent (DMI) pourrait aussi être un outil permettant au médecin d’évaluer sa pratique et de la situer par rapport aux normes de bonne pratique. Toutefois, ces expériences restent encore le fait de certaines cliniques où elles sont portées par des « champions », engagés dans l’informatisation du dossier médical depuis plusieurs années. Par ailleurs, les impacts positifs de l’adoption du DME sur la communication médecin-patient ne sont sans doute pas immédiats. L’appropriation parfois difficile des applications informatiques peut constituer un facteur perturbant pendant la consultation, tant pour le médecin que pour son patient[1]. Et dans le cas d’un dossier intelligent, il est possible expliquait le Dr. Alain Turcotte que les recommandations proposées par le système pour la prise en charge de la maladie chronique puissent, dans certains cas, ne pas du tout coïncider avec l’agenda du patient lors de sa visite.

    Malgré les défis que pose l’informatisation du dossier médical et surtout sa mise à la disposition des différents professionnels de la santé, il aurait été possible d’intégrer le patient dès le départ dans ce projet. Comme le soulignait Madame Beauchesne, il s’agit là d’un choix politique. En Alberta, le gouvernement a opté pour une plus grande intégration du patient, celui-ci pouvant par exemple, consulter ses données cliniques en ligne, via le portail Netcare, également accessible aux différents professionnels de la santé. Il peut aussi s’informer via le portail d’information du gouvernement Myhealth.alberta.ca des temps d’attente pour différents services.

    Pour favoriser la collaboration médecin-patient : miser sur l’information du patient

    Marie-Thérèse Lussier et Claude Richard de l’équipe de recherche en soins de première ligne du CSSS Laval soulignaient dans leur session parallèle que la communication médecin-patient souffrant de maladie chronique peut être améliorée grâce à une application en ligne permettant au patient de mieux préparer ses rencontres avec son clinicien. Ils expliquent en effet que si le patient arrive préparé et pose des questions, s’il s’annonce comme un participant souhaitant jouer un rôle actif dans le processus de soins, il y a de bonnes chances pour que le praticien le considère comme tel. Cette application en ligne qui est le fruit d’une collaboration de l’équipe avec Acti-menu (qui change d’identité), et dont le lancement est prévu pour septembre 2014, inclut, entre autres, un carnet de santé en ligne, des outils d’évaluation des douleurs et de leur fréquence, la liste des médicaments prescrits, des outils de rappels de rendez-vous.

    Nombre de patients (mais pas tous, ni pour toutes les problématiques de santé) aspirent en effet à jouer un rôle plus actif et l’accès à une information de qualité peut faire la différence. À ce titre, la table ronde réunissant Claude Giroux, Cathy Bazinet, Julie Fortier et Heidi Miller, a montré que les professionnels de la santé, les organisations de santé et les associations peuvent jouer un rôle très important dans la production, mais surtout l’orientation vers une information de qualité, accessible pour le patient. Ces acteurs constituent des médiateurs de l’information santé qui n’est pas reçue comme n’importe quelle information. Le parent, l’enfant ou le patient sont au cœur de l’expérience de maladie et cette situation peut susciter beaucoup d’émotion et d’inquiétude. S’ils aspirent à participer au processus de soins, les patients comme les proches apprécient d’être guidés vers des ressources validées par les professionnels et de pouvoir en discuter avec eux dans le cadre de la relation de soins. La prescription d’information constituerait ainsi une pratique qui répond aux besoins des patients et s’avère satisfaisante pour les cliniciens (l’expérience présentée par le Dr. Robert Perreault le confirme), mais qui doit s’intégrer dans la relation de soins. Les initiatives pour soutenir les professionnels dans la préparation de ressources en ligne accessibles pour le patient sont également des voies d’avenir pour les équipes de soins, comme l’a montré  l’expérience des bibliothécaires Danielle Rose (CSSS Laval) et Monique Clar (Université de Montréal).

     

     

    La présence des professionnels de la santé dans les médias

    Un autre moyen pour permettre aux patients d’accéder à une information de qualité sur Internet est pour les professionnels de la santé d’y être présents. Or ils sont encore assez peu nombreux à s’impliquer dans les médias et sur Internet en particulier. La table ronde réunissant Pierre Blain, Denis Lebel, Dr.Yves Robert et Marc Zaffran a montré que les enjeux déontologiques peuvent décourager les professionnels qui souhaitent s’investir et interagir avec la population sur Internet. Les différents ordres professionnels ont produit des guides des bonnes pratiques en ligne, qui encadrent la présence des professionnels sur Internet, leurs modalités d’interaction avec les patients, et leur présence sur les médias sociaux[2]. Ces documents insistent notamment sur l’importance de cloisonner sa vie professionnelle et personnelle dans ces espaces, ce qui relèverait de l’illusion expliquait Jean-François Buissière dans sa conférence du 3 octobre.

    Parmi les motivations mentionnées par plusieurs des professionnels de la santé particulièrement actifs dans les médias et sur Internet (voir par exemple, Denis Lebel, Alain Vadeboncoeur, Olivier Bernard, Marc Zaffran), j’ai retenu les suivantes :

    Les patients et la population sont sur Internet et posent des questions. Il est important que quelqu’un les entende et y réponde. Si les professionnels de la santé n’occupent pas cette place, d’autres le feront (et je dirais le font déjà);Répondre aux questions des patients sur Internet, c’est soigner à grande échelle. La portée de l’échange est beaucoup plus importante;Interagir avec les patients en ligne est un autre mode de communication, qui permet d’avoir plus facilement accès au récit du patient, celui-ci se confiant souvent plus du fait de l’anonymat de l’échange. De ce fait, il est parfois possible de mieux comprendre la problématique et d’informer et de rassurer plus efficacement;Si tous les patients n’ont pas accès à Internet, ils peuvent passer par un proche (les enfants par exemple dans le cas de patients âgés), ce qui veut dire que la capacité d’Internet à rejoindre les populations est plus importante que l’on ne le pense;L’implication dans l’espace médiatique constitue une forme d’expression qu’aiment ces professionnels. Que ce soit via l’écriture, très condensée sur Twitter ou plus longue sur les blogues ou dans les romans, la télévision qui oblige à aller à  l’essentiel ou la bande dessinée qui permet de jouer sur l’humour pour faire passer le message, tous y trouvent beaucoup de plaisir et c’est un impératif si l’on veut maintenir son engagement dans les médias;Les professionnels occupent une place particulière au sein du système de santé, qui leur donne un regard privilégié (un regard de l’intérieur) sur son organisation. Ils jugent de leur devoir d’en faire profiter la population. Devenus des figures publiques, ils possèdent aussi un pouvoir certain. Quand le Dr. Vadeboncoeur sollicite le ministre Réjean Hébert sur les temps d’attentes aux urgences, celui-ci répond;La notoriété acquise dans l’espace médiatique est assortie de responsabilités importantes : celle de répondre (il faut prévoir s’engager un minimum de temps), de diffuser une information de qualité (c’est à dire validée sur le plan scientifique, il faut donc se tenir à jour sur le plan des connaissances), d’être accessible (il faut savoir vulgariser), de savoir intéresser (il faut savoir raconter une histoire).

    Ces quatre professionnels soulignaient enfin que cette implication dans les médias même si elle prend du temps, énormément de temps, est un choix personnel, qui ne convient pas à tous, mais qui peut être très gratifiant. Des expériences passionnantes qu’ils ont partagées avec beaucoup de générosité.

    Pour conclure

    Ce colloque montre qu’au-delà des enjeux économiques, politiques et techniques qui sont bien réels (et la fascination qu’exerce la technique est assez grande), le développement de la e-santé n’a de sens que s’il est mis au service de la communication entre les acteurs (tous les acteurs) du secteur de la santé. C’est aussi une opportunité de renforcer l’accent mis sur cette dimension qu’est la communication dans le processus de soins.

    Merci à tous les conférenciers qui ont fait de ces deux journées de colloque des moments riches et passionnants!

    Les vidéos des conférences, ateliers et tables rondes seront bientôt disponibles en ligne. En attendant, vous pouvez consulter les PowerPoint des présentations.

    Bibliographie

    [1] Voir par exemple le billet du Dr. Roger Ladouceur sur le site de profession santé (une inscription est nécessaire pour le consulter) «Le DME, un éléphant dans la pièce», 19 septembre 2013 (http://www.professionsante.ca/medecins/opinions/blogues/babord-amures/le-dme-un-elephant-dans-la-piece-26777?utm_source=EmailMarketing&utm_medium=email&utm_campaign=Physician_fr_Newsletter)

     

    [2] Voir par exemple le guide préparé par l’Association médicale Canadienne: http://blogsgrms.com/internetsante/2012/06/04/quels-sont-les-enjeux-de-la-presence-des-medecins-canadiens-sur-les-medias-sociaux



    0 0


     

    Après sa Playstation, sa voiture, sa maison et sa femme, qu’est ce qu’il y a de plus important pour un homme ? Ironie bien évidemment, ce sera toujours la famille qui passera avant le reste. Et par famille, on entend la femme mais également la descendance : les enfants ! Et avant d’être une petite tornade sur deux jambes capable de retourner une maison en 5 minutes, un enfant est avant tout un bébé, soit un petit être dont il faut prendre extrêmement soin ! Qu’à cela ne tienne, voici Owlet, un capteur en forme de chaussette pour bébé permettant de surveiller son bambin à distance. Kezako ? Explication.

     

    Owlet, qu’est-ce que c’est ?

    Il s’agit d’une sorte de chaussette, ou plutôt d’une attelle qui va venir se fixer à la cheville de bébé. Celle-ci est équipée de capteurs qui vont permettre de mesurer le rythme cardiaque ainsi que le niveau d’oxygène. Le tout est couplé à un capteur Bluetooth 4.0 qui va permettre la transmission des données en temps réel sur un smartphone ou une tablette mais également sur un ordinateur grâce à la sauvegarde des données dans le cloud. A noter qu’il sera également possible de contrôler la température de la peau, la qualité et la position du sommeil. En sommes, c’est un grand nombre d’appareils médicaux regroupés dans une simple chaussette.




    0 0


    LE PLUS. C’est un jeu de voiture, avec des panneaux routiers. Sa spécificité, c’est son public, les seniors, et son objectif, qui est thérapeutique.



    0 0


    eSanté : les patients veulent être traités comme des consommateurs | L'Atelier: Disruptive innovation - DbtMobile, le blog (eSanté : les...


    0 0

    PARIS, 13 novembre 2013 (TICsanté) - La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a définitivement exclu l'idée d'expérimenter un dossier médical personnel (DMP) nomade implanté sur une clé USB, a-t-elle fait savoir aux députés jeudi lors de son audition par la commission élargie sur les crédits de la mission santé du projet de loi de finances (PLF) pour 2014.L'article 30 de la loi Fourcade du 11 août 2011 réformant la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) organisait, d'ici au 31 décembre 2013, l'expérimentation d'un "dossier médical implanté sur un support portable numérique sécurisé" pour un échantillon d'assurés souffrant d'une affection de longue durée (ALD).

    Compte tenu du délai restant, la mise en chantier de ce projet régulièrement évoqué depuis 2008 était peu probable, note-t-on.

    Sollicitée jeudi matin par le député Jean-Pierre Decool (apparenté UMP, Nord), membre de la commission des lois, sur le devenir de cette expérimentation, Marisol Touraine a indiqué qu'il n'y serait pas donné suite.

    "Sur la clé USB, cela n'est pas le choix qui est le mien. Je crois l'avoir dit. Je souhaite que nous engagions le DMP dans une nouvelle étape. Le DMP deuxième génération doit être consacré [aux] personnes âgées et patients porteurs de maladies chroniques car ce sont eux qui sont amenés à consulter le plus régulièrement des professionnels de santé", a-t-elle fait valoir.

    "Nous avons relancé un programme qui doit nous permettre d'aboutir à un système intégré, mais pas par voie de clé USB. Il me semble nécessaire qu'il puisse y avoir un lieu d'accès pour l'ensemble des professionnels aux informations concernant leur patient dès lors qu'il en a donné l'accord", a-t-elle ajouté.

    Plusieurs députés, dont Jean-Pierre Door (UMP, Loiret) et Gérard Bapt (PS, Haute-Garonne) s'étaient mobilisés début 2012 pour accélérer l'expérimentation d'un DMP sur clé USB.

    La Cnil avait toutefois émis de fortes réserves sur le projet de décret censé mettre en musique le dispositif (voir dépêche TICsanté du 24 avril 2012). /mh/mb
    Source: http://www.ticsante.com/Marisol-Touraine-enterre-l-experimentation-d-un-DMP-sur-cle-USB-NS_1631.html#ixzz2kYQKMvYh


    0 0


    Santé : Wristify, le bracelet qui régule la température corporelle
    Rédigé le Mardi 12 Novembre 2013 à 21:18 | Lu 128 fois | 0 commentaire(s)
    Au Massachusetts Institute of Technology, un groupe d’étudiants a mis au point un bracelet thermoélectrique capable de produire une sensation de chaud ou de froid à la surface de la peau. L’idée est de pouvoir réguler la température corporelle en fonction des besoins, pour diminuer la consommation d’énergie dédiée au chauffage ou à la climatisation. Cette innovation vient d’être récompensée par un premier prix et une bourse de 10.000 dollars.
    Le prototype du bracelet Wristify est conçu à partir d’un dissipateur thermique fait d’un mélange d’alliage et de cuivre, conçu par les chercheurs du MIT. Ses créateurs assurent qu’ils peuvent rendre le produit beaucoup plus esthétique et ergonomique en obtenant le même effet sur une surface de peau deux fois moins importante.

    Pourquoi chauffer ou refroidir toute une maison ou un immeuble alors que l’on pourrait agir directement sur la température d’une personne ? Telle est la question que se sont posée les quatre étudiants du Massachusetts Institute of Technology (MIT) qui ont inventé le bracelet Wristify. Il détecte la température ambiante et celle de la peau pour ajuster le ressenti en produisant des ondes chaudes ou froides v- ia un patch thermoélectrique placé sur le poignet. Ce prototype de bracelet a reçu le premier prix du concours Madmec organisé chaque année par le MIT. À la clé, une bourse de 10.000 dollars (environ 7.400 euros) qui servira à poursuivre le développement du produit.

     Loin d’être un gadget farfelu, ce concept pourrait contribuer à réduire la consommation d’énergie utilisée pour le chauffage et le refroidissement des bâtiments. Selon des chiffres communiqués par les concepteurs du Wristify, aux États-Unis, 16,5 % de la consommation totale d'énergie est engendrée par le chauffage et la climatisation des bâtiments et des maisons. S’il n’est bien entendu pas question de remplacer les installations existantes par ce bracelet, l’objectif serait de s’en servir pour mieux réguler la consommation énergétique. L’équipe du MIT a ainsi calculé que si Wristify peut faire en sorte qu’un bâtiment ne fasse pas varier sa température de seulement un degré, cela pourrait faire économiser environ 100 kWh par mois.

     Dans le détail, le bracelet Wristify se compose d’un dissipateur thermoélectrique (thermoelectric + heat sink) et d’un thermomètre qui mesure la température au niveau du poignet (wrist thermometer). Il est relié à un module de contrôle automatique (automated control system) qui intègre un thermostat (ambient thermometer). Des Led rouge et verte indiquent le mode chaud ou froid.  

    La perception cutanée est plus directe
     Le bracelet ressemble un peu à une grosse montre avec, en guise de cadran, un dissipateur thermique fait d’un mélange de cuivre et d’alliage. Un système de contrôle basé sur un algorithme et des thermomètres gère l’intensité et la durée des actions thermiques. Un interrupteur permet de basculer entre le mode chaud ou froid. Le bracelet est alimenté par une batterie lithium-ion qui lui assure une autonomie de huit heures.
     Au cours de leurs travaux, les jeunes chercheurs ont découvert que le corps humain réagissait plus vite à des changements thermiques directement appliqués sur la peau qu’à des changements de température ambiante dans une pièce. Il en est ainsi, par exemple, lorsque par de fortes chaleurs l’on s’applique une serviette mouillée à l’eau froide sur le front. La sensation de fraîcheur, bien que de courte de durée, se propage effectivement dans tout le corps.
     Pour reproduire un tel effet de chaud ou de froid, le bracelet Wristify devait générer des impulsions à un taux minimum de 0,1 °C par seconde. Après avoir construit une quinzaine de prototypes, l’équipe du MIT s’est arrêtée sur une configuration qui produit des impulsions chaudes ou froides de 0,4 °C par seconde. Pour maintenir l’effet constamment, le cycle dure cinq secondes, suivi d’une pause de dix secondes et ainsi de suite.
     Un usage prolongé de Wristify est-il envisageable ?    
    Reste à savoir si un tel procédé conviendrait à un usage prolongé. Qu’en serait-il également d’une dissipation de l’effet sur la durée ? Nos questions, posées à l’un des chercheurs, n’ont pas eu de réponses. Forts de leur bourse, les quatre étudiants ont en tout cas l’intention de poursuivre le développement de Wristify pour parvenir à un produit commercialisable.

     La prochaine étape consiste à perfectionner le système, notamment au niveau de l’algorithme de régulation thermique. Mais le gros du travail porte sur le dessin et l’ergonomie, pour parvenir à un produit qui soit à la fois confortable et esthétique. L’équipe du MIT indique qu’elle a fabriqué son prototype avec des composants qui n’ont pas coûté plus de 50 dollars et qu’elle pourrait générer le même effet à partir d’un appareil occupant moitié moins de surface sur la peau.
    Futura-Sciences

    Tags : MIT- Wristify- bracelet- température corporelle - Etudiants


older | 1 | .... | 37 | 38 | (Page 39) | 40 | 41 | .... | 73 | newer