Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

All the new curated posts for the topic: NTIC et Santé

older | 1 | .... | 7 | 8 | (Page 9) | 10 | 11 | .... | 73 | newer

    0 0


    M-santé : Quiz Santé, la 1ère webapp santé pour la salle d'attente médicale

    Quand on sait que 44% des mobinautes français utilisent leur smartphone dans la salle d’attente de leur médecin, l’idée de créer un site mobile entièrement dédié à l’éducation patient et à la prévention santé chez le médecin prend tout son sens…
    Découvrez Quiz-Santé.fr, le 1er site mobile spécialement conçu par IDS Santé pour permettre aux patients de tester leurs connaissances santé juste avant la consultation médicale. Testé dans la salle d’attente de 3 000 médecins équipés des dispositifs d’information d’IDS Santé, m.quiz-sante.fr connait d’ores et déjà le succès avec plus de 20 000 visiteurs en quelques semaines...

     




    0 0


    Que voilà une idée saugrenue, allez-vous dire ! Et pourtant c'est ce que prépare, depuis le mois de Juin , Walmart aux USA dans ses hypermarchés (Walmart est le plus important distributeur au monde dans le domaine du 1.0). Vous êtes patraque ?




    0 0


    La télésanté ne date pas d'hier au Québec, mais les progrès dans ce domaine n'ont jamais cessé, notamment au Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ),...



    0 0


    Il devait faire faire des économies à la Sécu. Mais depuis 2004, le dossier médical partagé a déjà englouti 210 millions d'argent public. Stop ou encore ?



    0 0


    Lancé au mois de juin par le groupe AEF dans le cadre du Cercle des Décideurs Numérique & Santé auprès des principaux acteurs, l’indice de confiance de la e-Santé en France offre une vision à 360° : Très Haut Débit, médias sociaux, télémédecine, hôpital numérique, DMP…

    Les résultats de ce premier Indice de la e-Santé en France révèle un climat morose et une confiance des acteurs de santé (médecins, associations de patients, industriels, pouvoirs publics…) à (re)construire.

    Au-delà des chiffres, les résultats de cet indice créé par le Cercle des Décideurs Numérique et Santé sont une question adressée aux ministères des affaires sociales et de la santé, du redressement productif et de l’enseignement supérieur : “Saurez-vous répondre aux enjeux de santé d’aujourd’hui en y intégrant l’e-Santé ?”

    Découvrez les principaux résultats de cet indice en infographie :




    0 0


    La e-santé a pour objectifs :


    - Amélioration de la qualité des soins
    - Faciliter l’accès aux soins notamment en zones de désertification médicale
    - Maintien à domicile et retour rapide à domicile dans des conditions de qualité et de sécurité optimales pour un suivi dans un environnement familier
    - Meilleure coordination des professionnels
    - Efficience du système de santé (maîtrise des coûts de santé)
    - Formation des professionnels




    0 0


    Les tweets des médecins qui ont un compte et beaucoup d'abonnés sont souvent considérés comme extrêmement crédibles. Sauf quand ils rediffusent les messages de pairs, si sérieux soient-ils.



    0 0


    Les patients aiment lire les notes de leur médecin

    Mots clés : médecin, patient, dossier médical

    Par Pauline Fréour - le 02/10/2012

    Les malades gagneraient en confiance et respecteraient mieux leur traitement quand leur médecin leur donne accès à ses conclusions.

    C'est une tendance grandissante: prenant leurs distances avec l'héritage d'une médecine paternaliste délivrée par un médecin expert omnipotent, les patients souhaitent être davantage investis dans les soins qui leur sont délivrés. Et cela passe par une meilleure information sur leur état de santé. Dernier indice en date, une étude conduite dans trois centres médicaux américains révèle que les malades ayant accès aux notes prises par leur médecin à l'issue d'une consultation se sentent plus investis et respectent mieux leur traitement sans développer un surcroît d'inquiétude.

    L'équipe du Dr Tom Delbanco du centre médical Beth Israel Deaconess à Boston (est des États-Unis) a proposé à 105 médecins et 13.564 patients d'utiliser un logiciel informatique permettant aux premiers de mettre à disposition des seconds les conclusions figurant d'ordinaire dans leur dossier médical. En un an, 87% des patients avaient consulté au moins une fois ces informations. Parmi eux, 77 à 87% ont rapporté s'être sentis davantage en position de contrôle vis-à-vis de leur santé et 60 à 78% estimaient qu'ils respectaient mieux leur traitement.

    «Nous n'imaginions pas que tant de patients liraient ces notes et qu'ils seraient aussi enthousiastes et changeraient leur comportement dans une telle mesure», commente le Dr Tom Delbanco, auteur principal de l'étude parue lundi dans les Annals of Internal Medicine.

    Pas d'allongement des consultations

    Seule une minorité de patients (26 à 30%) ont manifesté une inquiétude sur la protection des données mises en ligne. Quant aux médecins, ils n'ont globalement pas ressenti le passage à ce mode de saisie comme une contrainte et ils étaient peu nombreux à considérer que cela avait allongé le temps des consultations ou que leurs patients les sollicitaient davantage par mail.

    Cette étude n'est pas la première du genre. Un hôpital de Houston (sud des États-Unis) spécialisé dans le traitement du cancer, le M.D. Anderson Cancer Center, permet depuis plusieurs années à ses patients de consulter les notes médicales les concernant. Les conclusions des médecins de l'établissement vont dans le même sens. «Il n'y a pas de contre-indications car les patients ne sont pas plus anxieux», explique le Dr Thomas Feeley, chef du service d'anesthésie. En outre, assure-t-il, c'est très simple à mettre en place: «C'est probablement la solution informatique la moins chère que nous ayons mise en place.»

    En France, le dossier médical personnel, officiellement lancé début 2011 avec peu de succès (seulement 200.000 Français en ont ouvert un) est consultable par le patient et ses médecins en ligne. Il a néanmoins davantage vocation à améliorer la coordination entre professionnels (historique des examens, résultats d'analyses, etc.) qu'à servir d'outil pédagogique au médecin, précise-t-on à l'Agence des systèmes d'information partagés de santé. Aucune étude n'a encore été menée sur l'usage réel qui en est fait.




    0 0


    Par décret en date du 5 octobre 2012 (n° 2012-1131), les conditions de consultation et d'alimentation du dossier pharmaceutique (DP) ont été transférées du Code de la Sécurité Sociale au Code de la Santé Publique, afin d'être en cohérence avec les dispositions sur le DMP.

    Ce transfert a été l'occasion d'autoriser les pharmaciens de PUI à créer, consulter et alimenter un DP, et ce dans les mêmes conditions que les pharmaciens officinaux.

    Pierre Desmarais




    0 0


    Un nouveau service mobile d’accompagnement du patient dans son parcours de soins est proposé à partir du 8 octobre aux professionnels de santé. Une plateforme digitale remettant le médecin au centre du dispositif.
    ( l'intégralité de l'article étant réservé aux abonnés de la revue, découvrez le site du projet sur www.docapy.com )




    0 0


    Le FigaroCes objets révolutionnaires imaginés à ParisLe FigaroCe qui ne veut pas dire qu'elle est à la traîne côté innovation. Pour les objets du futur, pas besoin d'aller jusqu'à Palo Alto, capitale mondiale de l'innovation.


    0 0


    Certains employeurs pourraient localiser les appareils des employés disposant à la fois d'applications personnelles et professionnelles. Une possibilité non généralisée évidemment mais qui inquiète les salariés.


    0 0
  • 10/09/12--12:42: La révolution cognitive

  • Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive ». Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Michel Serres compare la révolution « internet » à d’autres révolutions dans l’histoire de l’humanité (en lien avec l’émission, le traitement, la réception d’informations) : l’apparition du langage, l’apparition de l’écriture et l’apparition de l’imprimerie. Cela replace les choses dans une échelle temporelle intéressante.




    0 0

    Les données médicales des bretons seront stockées à Rennes comme par exemple le réseau de téléimagerie, d'oncologie de Bretagne ou encore la télésanté.

     

    Le Syndicat interhospitalier de Bretagne (SIB), implanté à Rennes, inaugure, aujourd'hui, son nouveau centre de données. Sa vocation : héberger les données médicales de près de 1,5 million de patients.

     

    « À terme, notre nouveau centre de données pourra abriter les données médicales de près de 1 500 000 patients », assure Olivier Morice-Morand, secrétaire général du Syndicat interhospitalier de Bretagne, dont les bâtiments sont implantés à Rennes. « Les données proviendront des patients bretons mais aussi de 220 structures hospitalières allant du nord de la France à la Corse. »

    Un super-cerveau à la mémoire gigantesque qui va être officiellement inauguré demain. « Notre data center (nom anglais pour centre de données) disposera d'une capacité totale de 2 pétaoctets. » Pour les non initiés, ce chiffre représente l'équivalent de deux millions de disques durs d'un gigaoctet. De quoi stocker près de 40 000 films en très haute définition ou 20 milliards de photos numériques !

     

    Évolution

    « Nous y stockerons aussi bien des radiographies que des IRM, des scanners, des bilans médicaux, des analyses... Nous avons obtenu l'agrément du ministère de la Santé pour l'hébergement de données de santé du Grand Ouest. » Un agrément qui comprend un très haut niveau de sécurité et la garantie, pour les structures hospitalières clientes du SIB, d'y accéder 24 heures sur 24 heures et surtout qu'elles soient à l'abri de toutes destructions ou incidents. Il est difficile et très onéreux pour les hôpitaux de s'offrir leurs propres data center.

    Établissement public de coopération hospitalière, le SIB était, originellement, spécialisé dans la gestion de la paie du personnel hospitalier. « Nos missions ont évolué au fil des années et nous sommes devenus un distributeur et un éditeur de logiciels de santé, ainsi qu'un hébergeur de données à caractère personnel. » Une structure qui, aujourd'hui, emploie près de 220 personnes dont une très grande majorité d'ingénieurs et développeurs informatiques. En 2012, elle va générer un chiffre d'affaires de 21,5 millions d'euros.

    « Nous intervenons aussi dans la mise en place de réseaux à très grands débits qui permettent à différents CHU et autres structures de partager des données ou de travailler ensemble » précise Robert Crépeaux, directeur technique. « Comme par exemple le réseau de téléimagerie, d'oncologie de Bretagne ou encore la télésanté. » Des activités très gourmandes en ressources réseaux et qui nécessitent des « tuyaux » sécurisés capables de faire transiter de très gros volumes de données. « Nous sommes devenus l'un des acteurs de la santé en France », poursuit le directeur technique.

    « Avec l'évolution de nos métiers, il devenait nécessaire que nous nous dotions d'un nouvel outil de stockage. Notre précédent, datant de 1994, était en passe d'être saturé. » Le choix a donc été fait de construire un nouveau data center disposant d'un matériel dernier cri et répondant aux normes les plus exigeantes. « Il est évolutif et nous pourrons, en fonction des besoins, augmenter sa capacité. »




    0 0

    Dans le cadre des orientations nationales sur les évolutions attendues sur les réseaux de santé, la direction générale de l’offre de soins (DGOS) a adressé aux agences régionales de santé (ARS) un guide méthodologique visant à les accompagner dans la mise en œuvre de ces évolutions.
    Ce guide méthodologique propose des orientations visant à recentrer les quelque 716 réseaux de santé financés en 2011 – à hauteur de 167M€ – sur leur mission d’appui à la coordination polyvalente de proximité, au service des médecins généralistes et des équipes de proximité pour la prise en charge des situations complexes, notamment sur les aspects médico-sociaux. Cela, afin de leur permettre de gagner du temps et de mieux orienter les patients.




    0 0


     

    "Questions habitelles de ma part.. Que pense le Conseil de l'Ordre des Pharmaciens (qui sont 23.000 en France)... à propos de ce portail ? Certains sont farouchement opposés, d'autres plus ouverts.. La plus importante pharamacie on line en Allemagne s'appelle DocMorris. D'ici à ce qu'elle débarque en France, car la Communauté Européenne fait pression sur le Gouvernement Frnaçais pour que nos internautes puissent acheter des médicaments "légalement" sur l'Internet... alors que la vente "illégale" fait rage..."

     

     




    0 0


    PatientTouch, un outil basé sur l'iPod Touch, repose sur les dossiers médicaux et l'identification du patient. Le système améliore la communication entre les équipes médicales et l'efficacité de la mise en place des processus.


    0 0


    La Montagne
    Le dossier médical personnel lancé à la fin du mois au centre ...Après Moulins, l'hôpital de Montluçon lancera ses DMP, précise le docteur Jean-Pierre Vieillard, directeur médical du Groupement de coopération sanitaire créé...


    0 0


    Le 10 novembre prochain Arnaud Boissières, skipper du 60’AKENA Vérandas prendra le départ de son second Vendée Globe. A cette occasion, la société vendéenne RIOLI TELESANTE Consult, porteur d’un projet de télémédecine sur le territoire de CHALLANS, a choisi de s’associer au TEAM Voile AKENA VERANDAS et à son skipper Arnaud BOISSIERES. Ce partenariat aura pour but d’expérimenter la télémédecine pendant le Vendée Globe notamment dans les conditions extrêmes du Grand Sud. Rappelons que cette nouvelle pratique médicale, reconnue par la loi, permet l’examen de données médicales personnelles simultanément sur plusieurs sites afin d’assurer la coordination, la qualité et la continuité des soins. Elle permet des téléconsultations, des télé-expertises tout en apportant une réponse médicale de qualité en tout lieu du territoire, y compris dans les zones sous dotées d’offres de soins. On voit donc tout l’intérêt de cette expérimentation dans les zones maritimes désertiques du Vendée Globe. En collaboration avec les acteurs du projet TELEMEDINOV (réseau de télémédecine initié en Vendée, cf en bas de communiqué*), il s’agira, concrètement, de réaliser des vacations médicales avec Arnaud en situation de contrainte technique la plus extrême pour une expérimentation (suivi cardiaque, téléconsultation, télé-expertise, analyse des données médicales à distance, avis médical, etc.). Ces expériences feront l’objet d’une communication sur le site AKENA Voile et d’évaluation partagée lors de conférences.




    0 0


    #tarket #alzheimer #design...


older | 1 | .... | 7 | 8 | (Page 9) | 10 | 11 | .... | 73 | newer